• Rappel à tous les élèves de 2nde patrimoine :

    Les scénarios sont à rédiger et à rendre par envoi en e-mail à corot-patrimoine@orange.fr avant le 13 novembre.

    Voir ci-dessous pour les consignes :

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • E.E. Patrimoine : Lycée (em-)portable …

    Semaines A - Ch. Crestani

     

     Le sujet est simple : « Elève, faites un film de fiction sur le lycée avec votre téléphone portable » (mais pas plus de 3 minutes !!!). 

            Vous choisissez librement le thème que vous voulez traiter à condition que celui-ci mette en valeur le patrimoine exceptionnel du lycée Corot

     

    Etape 1 dans le lycée : 18 septembre,: Découverte approfondie du patrimoine du lycée Corot

                - Visite guidée du Lycée avec A. Bigotte.

               

     

    Etape 2 dans le lycée : 2 octobre,: Groupes et trame

                - Discutez entre vous d’une idée de film et constituez un groupe (2 minimum, 3 maximum)

                - Déplacez-vous dans les espaces du lycée pour repérer des lieux et/ou des éléments du patrimoine du lycée que vous voudriez mettre en scène.

                            - TRAME du film : Rédigez la trame de l'histoire que vous allez raconter : vous devez être capable d’expliquer en une ou deux phrases claires en quoi consiste votre film, ses spécificités, ce qu’il raconte, comment il va répondre aux consignes qui vous sont demandées.

     

    La trame est à rendre à l’issue de la séance et constituera une 1ère évaluation de votre travail

     

     

    Etape 3 en salle 413 : 16 octobre,: Ecrire un scénario

    Le scénario est un film écrit. Il s’agit du travail préliminaire à la production d’un film ou dans le cas présent, d’un court-métrage proposant une visite originale et personnelle du lycée Corot

               

                PERSONNAGES

    Quand vous aurez écrit votre trame, vous devrez bien définir individuellement chaque personnage pour qu'il ait une identité propre, avec son rôle dans l’histoire, le moment où il intervient et pourquoi. Si votre film ne contient pas de personnage, mais uniquement une voix off ou un fond sonore, vous devez également le préciser et expliquer votre choix.

     

                CADRE

    Il reste également à définir le cadre : les décors (où dans le lycée), et la musique. Vous devrez être précis dans la description du décor, où sommes-nous dans le lycée, à quel moment du film ? Pourquoi ? Si on se déplace ou non, si oui vers quel endroit et pourquoi ?

     

                DIALOGUES

    Vient ensuite la rédaction des dialogues. Les répliques sont toutes précédées du nom du personnage. S’il s’agit d’une voix-off il faudra à nouveau le préciser. Et seulement après vous devrez décrire les actions de chaque personnage, pendant qu’ils parlent mais aussi lorsqu’ils ne parlent pas.

     

    Le scénario est à rendre à l’issue de la séance et constituera une 2ème évaluation de votre travail

     

     

    Etape 4 : 13 et 27 novembre et 13 décembre 2017 de 14h à 15h 30 : Filmer et monter son film

    A partir du scénario écrit, vous filmez et montez votre film.

     

    Le film terminé est à envoyer par « wetranfer » à l’adresse : corot-patrimoine@orange.fr 

    Il constituera la dernière évaluation de ce travail

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Choses promises, choses dues : Pas moins de 5 sorties au programme des prochaines semaines de l'enseignement patrimoine

    - Le 24/04/2017 : Visite du Beffroi (rendez-vous à 13h45 pour vérification des autorisations de sorties et assurances)

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/4a/Douai_rue_de_la_mairie.jpg

    - Le 15/05/2017 : Visite de l'Hôtel de ville

    - Le 22/05/2017 : Visite de la Collégiale St Pierre

    File:Douai, Collégiale Saint-Pierre -PM 00629.jpg

    - Le 12/06/2017 : Visite du vieux Douai.

    Le beffroi dépassant au dessus des toits de Douai

    Pour ces 4 visites, rendez-vous aux élèves de Patrimoine dans le hall du lycée pour 13h50 pour un départ à 13h55

    - Le 29/05/2017, visite d'Arkéos (13h30-17h30)

    Picture

     

                      

     

     

     

     

     

     

                       14h - 15h : atelier fouilles archéologiques

                       15h - 16h30 : visite guidée des collections

                       16h30 - 17h : visite libre de l'exposition "Rahan, la préhistoire revisitée"

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Merci à Clara et à Élise pour s'être faites, le temps d'une matinée, les ambassadrices de l'Enseignement PATRIMOINE.

    Images cliquables :

    Journée Portes Ouvertes : Patrimoine bien représenté  Journée Portes Ouvertes : Patrimoine bien représenté

    Journée Portes Ouvertes : Patrimoine bien représenté  Journée Portes Ouvertes : Patrimoine bien représenté

    Journée Portes Ouvertes : Patrimoine bien représenté  Journée Portes Ouvertes : Patrimoine bien représenté

    Journée Portes Ouvertes : Patrimoine bien représenté  Journée Portes Ouvertes : Patrimoine bien représenté

    Journée Portes Ouvertes : Patrimoine bien représenté  Journée Portes Ouvertes : Patrimoine bien représenté

    Journée Portes Ouvertes : Patrimoine bien représenté  Journée Portes Ouvertes : Patrimoine bien représenté

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Les vidéos au concours 2017

    D'Ines, Cassandra, Célia et Lisa :

    Maman, c'est quoi ça ?


    De Léa et Manon :

    Ma-Quette


    De Clara et Elise

    Le musée visite la ville


    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Le musée de la Chartreuse de Douai est partiellement fermé pour travaux ... mais heureusement, Eline B. (203) vous en offre une visite guidée façon "chasse aux trésors"

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • La première séance a eu lieu ce lundi.

     

    Afficher l'image d'origine

    Les premières idées sont :

    - Un voyage dans le temps à l'époque médiévale (sur les extérieurs du musée)

    - Les "Tuches" au musée

    - Zoom à partir du plan relief de la ville de Douai à la réalité sur le beffroi ou le collège des Bénédictions anglais (devenu notre lycée Corot)

    - Zoom à partir de la maquette du musée aux extérieurs du musée

    - Le thème de l'amour dans les oeuvres du musée  

    Séances suivantes (Professeur Ch. Crestani) :

    - lundi 7 novembre, 14h - 15h 30 au musée (travail sur le scénario et prises de vues-sons)

    - lundi 14 novembre, 14h - 15h 30 au musée (suite des prises de vues-sons)

    - lundi 21 novembre, 14h - 15h 30 au musée ou au lycée (finalisation des montages)

    - lundi 28 novembre, 14h - 15h 30 au musée ou au lycée (finalisation des montages)

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Présentation du projet Musées (em)portable ...

    ... avec le musée de la Chartreuse de Douai

    « Le sujet est simple : visiteur, faites un film sur le musée avec votre téléphone portable (pas plus de trois minutes). 

                Musées (em)portables rend sa liberté aux visiteurs. Que celui-ci choisisse librement le thème qu’il veut traiter dans les mille sujets possibles. C’est créer une œuvre originale et rien n’est plus difficile que de sortir des chemins tout tracés. »

    http://www.museumexperts.com/sitem/musees_em_portables/presentation

     

    Musées (em)portables est un concours.

    Dates importantes : Date limite de remise des films : 1er décembre 2016, Réunion du Jury : 15 décembre 2016, Remise des prix : 11 janvier 2017 à 12h

    Les élèves de l'enseignement Patrimoine seront accompagnés dans leur travail par un ou des étudiants du Master Expographie-Muséographie de la faculté d’Arras.

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Bonjour à tous !

    Une nouvelle année commence pour les élèves de l'enseignement Patrimoine

    Au programme, tout d'abord des projets :

    - La mémoire des anciennes élèves du Lycée Corot et la valorisation de son patrimoine sans égal sur Douai seront les thèmes travaillés cette année avec M. Schlegel.

    Les élèves marcheront sur les traces de leurs glorieuses aînées au temps où le temps lycée était encore un internat de jeunes filles  ... à la discipline bien plus sévère qu’aujourd’hui !

    En vue, des rencontres avec les "témoins" de l'époque, un travail de collecte de souvenirs et une exposition-photo dans les lieux de vie de nos anciennes élèves.

    Rentrée 2017

    - Le musée de la Chartreuse de Douai sera l'autre terrain de jeu et de découverte des élèves de Patrimoine.

    Nous commencerons par une découverte originale des collections lors d' une chasse aux trésors du musée.

    Nous lancerons ensuite 2 projets.  Le premier consistera à réaliser des mini-films ayant pour but de mettre en scène la relation des élèves avec un lieu de culture.

    Le second projet sera de former les élèves à devenir des élèves-guides du musée afin d'accompagner des visites d'élèves ou d'adultes (professeurs, parents, ...). Chacun choisira son œuvre fétiche ou bien son "coin de musée" préféré pour en devenir un "expert".

    Rentrée 2017

    Des sorties sont d'ores et déjà programmées ou projetées :

    - Le musée de la Chartreuse bien sûr !

    - ... mais aussi la découverte des sites patrimoniaux de Douai (Beffroi, vieux Douai, ...)

    - ... et aussi le musée Arkéos pour s'initier aux techniques d'archéologie !

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Le 23 mai 2016, les élèves de l'Enseignement Patrimoine étaient de sortie au musée archéologique Arkéos de Douai.

    Au programme, visite de la collection permanente d"antiquités datant de la Préhistoire jusqu'au Moyen Âge, puis, immersion complète dans le métier d'archéologue ; avec quelques belles découvertes pour nos Indiana Jones et Lara Croft d'un jour...

    Sortie des élèves de Patrimoine au musée Arkéos

    Sortie des élèves de Patrimoine au musée Arkéos

    Sortie des élèves de Patrimoine au musée Arkéos

    Sortie des élèves de Patrimoine au musée Arkéos

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Le lycée Corot est un ancien collège dirigés par des bénédictins anglais.

    Qui dit collège anglais, dit fantôme ...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • La semaine des Arts au lycée Corot a été l'occasion de multiples présentations et prestations culturelles dans lesquelles les élèves de la 2nde Patrimoine ont pris toute leur part.

    Photos par N. Rubel, responsable de la semaine des Arts et du programme Excursus au lycée Corot

    Au programme, la présentation de notre Chapelle So British' par Maël Bernable (203) et Sébastien Delathouver (210)  

    Belle participation des "Patrimoines" à la semaine des Arts

     Une apparition surnaturelle de notre fantôme William avec Hugo Attencourt (206) Jade Distinguin (203)...

    http://ekladata.com/pw_ouSgkjw6DnJ3zYr-KYheZq5o.jpg

     

     ... et de gauche à droite Orégane Lépine (203), Tiphaine Redjdal (203), Lisa M'Pembele-Dienda (203).

    http://ekladata.com/arfj3yWyxEzW4h8do3WY9tTYcZk.jpg

     

    La présentation de la bibliothèque et du CDI était assurée par Yui Kasama (201) et par Léa Rémy (204)

    http://ekladata.com/LrglshA4aXkNVpFELJ5VbVBvRM0.jpg      - La SDA 5 en photos (1/2)

     

    Hugo Attencourt (206) a assuré la présentation des toiles de Raymond Tellier sur des textes préparés par Nolwenn Duhem (206)

    http://ekladata.com/r4JanapIOx5UTvOsJ-Jso5dc-BU.jpg    http://ekladata.com/pHkNqqAAiz9fMEDh7K-wWqSdDJI.jpg

     Remerciements chaleureux à André Bigotte pour participation indirecte et directe à ces présentations.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Par François L. (202)

    Concernant la ville, Douai fut terriblement marquée par la Première Guerre mondiale. Toute la ville est occupée par les Allemands pendant 4 années

    Les Douaisiens subissait quotidiennement brimades et réquisitions, les Allemands se servaient dans les maisons et prenaient des objets tel que : la laine, les matelas, les vivres ...
     

    Le lycée Jean-Baptiste Corot quant à lui est réquisitionné. Les cours sont arrêtés et le lycée devient un hôpital pour soigner les soldats blessés au combat ou les civils lors des bombardements.

    À partir de 1918, la plupart des quartiers sont en ruines et les voies de communications sont détruite.

    Afficher l'image d'origine

    Après la première guerre mondiale la ville se reconstruit, le quartier de la gare est complètement réaménagé et une partie du centre est restaurée.

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Avec François L. (202)

    Afficher l'image d'origine

         L'année 1770 une date importante, car c'est celle où est entreprise la construction du beau bâtiment classique du collège anglais, entre cour et jardin, qui constitue encore l'essentiel du vieux lycée. Il abrite aujourd'hui le nouveau CDI et la prestigieuse et somptueuse bibliothèque d’époque Charles X datant du temps des moines bénédictins anglais.Afficher l'image d'origine 

         L'aile Saint-Albin fut construite après la révolution, avec un préau, détruit en 1908

    Afficher l'image d'origine

        Comme la bibliothèque, la chapelle date de 1840, et avec le réfectoire (salle polyvalente du rdc), ils sont deux seuls exemples de style néo-gothique anglais subsistant dans la région.   

    Afficher l'image d'origine  Afficher l'image d'origine
        C'est en Février 1974 que le lycée (devenu public en 1904 après confiscation aux Bénédictins anglais), prend le nom de lycée Corot, en référence au peintre Jean-Baptiste Corot, connu notamment dans la région pour avoir réalisé une toile du Beffroi de Douai, beffroi classé depuis 2005 au patrimoine mondial

           Les bâtiments anciens de l'ancien collège anglais sont inscrits à l’inventaire des Monuments historiques depuis 1974

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Flyer réalisé avec l'aide de Justine W. (203) Lucie Z. (203), Mathieu M. (208), Benoit O. (209)

    Semaine des Arts au lycée Corot

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Ce lundi 29 février 2016, nous avons eu la chance de pouvoir interroger Madame Breux, ancienne élève du collège-lycée de jeunes-filles.

    Madame Breux a été scolarisée à partir de 1957 jusqu'en 1961, pendant quatre années. A l'époque, elle vivait à Douai et elle était externe au lycée de jeunes-filles

     Elle a obtenu un Bac philosophie et elle est ensuite devenue institutrice par l'intermédiaire de l'Ecole Normale.

    Nous avons appris que dans le collège-lycée de jeunes-filles, la blouse était obligatoire pour toutes les élèves. Cette blouse bleue marine avait une pièce de couleur brodée sur le col qui changeait chaque année en fonction des classes : noir à partir du CP, puis jaune pour les Secondes, rose pour les Premières, et rouge pour les Terminales

    Le nom de famille était également brodé sur la poche gauche de la blouse. Celle-ci devait rester dans les vestiaires situés dans les couloirs du lycée. Madame Breux nous rappelle que l'uniforme était aussi une manière de ne pas différencier le niveau social.

     

    Avec la fusion du lycée de jeunes-filles et celui à proximité (actuellement l'école d'Arts), il y avait alors 2400 élèves donc environ 36 élèves par classe.

    A l’époque de Mme Breux le lycée n’était plus anglais ni religieux et il y avait des élèves protestants, catholiques et juifs. Si le lycée était laïqueune aumônerie pour les croyantes se trouvait à l'extérieur du lycée, ainsi qu'un enseignement religieux spécialement pour les protestants. Il y avait des cours de catéchisme à l'extérieur mais des communions pouvaient cependant avoir lieu dans le lycée, dans la chapelle.

    Du côté de la vie pratique au lycée, la cantine se déroulait normalement. Les élèves n'avaient pas besoin de carte et il n'y avait pas de borne bien sûr. Les élèves n'étaient pas autorisés à quitter le lycée si l'un des professeurs était absent, sauf si elles avaient une lettre écrite des parents.

    La majorité étant à 21 ans à l'époque, les élèves avaient donc peu de liberté: "Tu n'as pas la majorité, tu n'as pas ton mot a dire" ; "c'était une prison" pour citer Mme Breux.

    Il y avait des surveillants comme aujourd'hui, mais les élèves n'avaient pas de carnet de correspondance.

    Si aujourd'hui, les étudiants n'ont pas école le samedi, auparavant, c'était le jeudi qui était un jour de repos pour les élèves. Il n'y avait pas d'option artistique, mais le jeudi, il y avait des loisirs : du théâtre, et pour les Secondes des cours de dessin.

    Bien qu'aujourd'hui les couples soient fréquents et libres de s'exposer sans gêne, au temps du lycée de jeunes-filles, cela était interdit pour cause de distraction inutile, qui aurait pu causer des soucis pour la vie et les études de la jeune fille. Cependant, elles avaient le droit d'avoir un fiancé, à condition qu'il ne soit pas connu et que le couple ne se fasse pas surprendre par des personnels du lycée. Il fallait donc se montrer discret, … ou ne pas avoir de petit ami avant la majorité.

    Aussi, il n'y avait pas de CDI, c'était une bibliothèque qui était interdite d'accès aux élèves et autorisée uniquement aux enseignants. Les élèves étaient au lycée simplement pour étudier et apprendre.

    Le lycée n'organisait aucune sortie et aucun voyage. Les élèves avaient cours de 8h00 à 17h00 chaque jour. Les professeurs étaient de jeunes femmes qui, d'après Madame Breux, étaient de "super profs".

    Mme Breux et ses camarades aimaient le Français et particulièrement les poèmes. Pour elle, ces cours étaient des moments de plaisir et non pas de travail, cela leur "changer la vie", selon elle.

    Enfin, beaucoup de rénovations et de constructions ont été effectuées depuis l'époque : les bâtiments scientifiques n'existaient pas encore, ils sont devenus opérationnels en 1960. La salle de sport Corot n'existait pas non plus ; un vieux bâtiment poussiéreux situé à Wagnonville leur servait de gymnase.

    Pour terminer, il faut présenter l'association de Madame Breux.

    L'association, du nom de "Anciens et anciennes élèves du lycée de jeunes filles", a été créée en 1991 par des professeurs et élèves voulant s'investir (des hommes en sont membres aussi, même s'ils sont peu nombreux).

    Dans cette association, les membres aident les élèves comme par exemple offrir trois bourses de 200€ pour récompenser un(e) élève de Seconde, de Première et de Terminale, ou comme cette année aider à financer le voyage à New York pour les Premières et Terminales Euro. Les membres de l’association paient une cotisation et 2 fois par an se retrouvent pour un repas et organisent des voyages.

     Mme Breux nous explique qu'elle est devenue présidente sans vraiment le souhaiter. L’ancienne présidente lui a dit : "Comme tu prends ta retraite, tu es présidente", alors que Mme Breux voulait simplement en être membre. 

    Pour elle, être présidente de cette association compte beaucoup, c'est « comme une revanche sur les lycéennes du lycée classique qui nous méprisaient, ayant moi-même été du collège moderne ».

    Pour terminer ce témoignage, Madame Breux nous a confiés que ce qui lui plaît le plus dans cette association, c'est de toujours avoir un contact avec le lycée après des années, et aussi avec ses professeurs, ainsi que de faire de nouvelles rencontres. Enfin, comme ancienne institutrice, elle nous a exprimés son plaisir d’être toujours entourée de jeunes.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  En octobre et novembre 2015, une étudiante en Master Expographie-Muséographie à Arras a encadré les élèves de l'enseignement Patrimoine pour le projet "Musé(em)portables". Le musée de la Chartreuse de Douai était partenaire de ce projet.

    Le projet "Musé(em)portables" a permis aux élèves de réaliser trois mini-films avec leur téléphone portable sur le musée de la Chartreuse afin de mettre en valeur celui-ci et de mettre en scène leur relation avec ce musée. 

    En voici le (très bon) résultat

    Si petit ... face aux grandes œuvres

    Marche sonore

    Tableaux en cadres


    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Parmi les prochaines sorties :

    Lundi 23 mai 2016 : Visite de la collection permanente et activité « fouilles archéologiques » au musée-parc Arkéos.

    Afficher l'image d'origine

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Avec quelques indices, il fallait faire sa récolte de Trésors.

    Le diaporama de Sarah R. (206) :

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • De Cyril B. (202), Dorian B. (206) & Sarah R. (206) (merci à Maël - 203)

    L'histoire se passe au XIXè s dans l'ancien collège anglais de Douai, qui est l'actuel lycée Corot.

    Un soir, Scotty, jeune élève, faisait comme à son habitude du piano dans une salle de classe, solitaire.

    Alors que ses camarades étaient à l'écoute du Père nommé «Lord Lytton», Scotty aperçut une ombre. C'était un fantôme ! Il se précipita pour rejoindre ses camarades et expliquer à «Lord Lytton» ce qu'il avait vu. Personne ne le crut.. Scotty fit donc un pari avec les autres élèves.

    La rumeur du fantôme se propagea dans toute l'abbaye. Scotty convoqué par le directeur qui était agacé par cette histoire était terrifié ! Le directeur menaça Scotty en lui faisant promettre de dire aux autres qu'il n'avait jamais rien vu. Scotty acquiesça.

    Le lendemain matin, lors de la prière, le prêtre annonça que Bennel White était mort pendant la nuit. Les élèves enlevèrent tous leurs paris par respect pour le défunt.

    Le fantôme noir

    A présent tout le monde savait que le fantôme noir se nommait Bennel White et que le seul à l'avoir vu était Scotty ... pour le moment...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • De Sarah R. (206) & François L. (202)

    Le 11 septembre 1942, une quinzaine de Juifs douaisiens, dont une famille entière, ont été arrêtés par des gendarmes allemands aidés par des policiers français. C’est la rafle de Douai.Un seul reviendra vivant du camp d’Auschwitz.
     

    Cette Rafle n’est pas un épisode connu de la Seconde Guerre mondiale, même dans le Nord Pas-de-Calais. Cependant, grâce au travail de l'historienne Monique Heddebaut et d'une famille douaisienne, un lieu de mémoire a été dédié aux victimes de la Shoah, et notamment à la famille en question, les Sokolski.


    Le seul rescapé de cette famille, Abraham Sokolski, père de famille, a perdu en 1942, son épouse et ses 3 filles, gazées à Auschwitz. L’ainée de ses trois filles, Jacqueline est née le 26 juillet 1936 à Lille. Elle n’avait que 6 ans, elle était scolarisée dans une classe de primaire dans l'actuel lycée Corot. Elle et sa famille ont été déportées depuis la caserne de Malines au nord de la Belgique jusqu'au camp de concentration et d'extermination Auschwitz-Birkenau le 15 septembre 1942.


    En mémoire de Jacqueline, une classe d’école des Blancs-Mouchons a créé une fresque dans l’ancien lycée de jeunes filles de Douai, aujourd’hui, le lycée Corot. Celle-ci est actuellement dans le hall du lycée.

    Afficher l'image d'origine
    Les 3 filles Solkolski (Jacqueline l'aînée à droite) habitaient à Douai. 

    Elles sont mortes gazées à Auschwitz en 1942.

     

     Le Lycée Corot dans la 2ème guerre mondiale

    Fresque placée en 2013 dans le hall du lycée.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Par Justine W. (203), Lucie Z. (203) et Benoit O. (209)

    Au début de la première Guerre mondiale, l'établissement, qui deviendra le lycée Corot, ferme ses portes et les élèves sont donc renvoyés chez eux.

    Pendant cette occupation, le lycée devient un hôpital pour soigner les soldats allemands blessés, mais progressivement, l'hôpital est fermé en raison des pillages répétés.

    Le 2 octobre 1916, Douai est évacué à cause des menaces de bombardements des Alliés.

    Le 2 octobre 1917, de nombreuses écoles de Douai sont détruites et les Alliés se font accusés de ces destructions et de ces morts.

     En 1918, la rue de Paris, comme d'autres nombreux lieux en vile, a été incendiée par les Allemands, ce qui a provoqué de nombreux dégâts.

    Au lycée, les cours reprennent dans le courant de l'année 1919 après 5 années d'interruption.

     

    1914 - 1918 : Un lycée en guerre

    Carte postale : Collège de jeunes filles collection des archives municipales de Douai)

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • De Sébastien D. (210)

    La chapelle du lycée Corot a été construite au XIXe siècle par l'architecte britannique  Augustin Pugin, très célèbre pour ses travaux sur diverses églises en Angleterre, et surtout sur le Palais de Westminster à Londres.

    La chapelle est de style néo-gothique anglais, comme le réfectoire situé à l'étage inférieur. Le style néogothique est un style architectural né au milieu du XVIIIe siècle en Angleterre. Il vise à faire revivre des formes médiévales : Les rosaces et les voûtes en pique, les peintures plus sombres, les enluminures et sculptures.

    En 1903, la ville de Douai rachète les bâtiments suite au vote des lois religieuses qui renvoient les Bénédictins en Angleterre et le lycée devient public.

    L'ancienne chapelle des Bénédictins anglais

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Par Jade D. (203) et Lisa P. (203)

    Lors de l’installation anglicane et des conflits Protestants-Catholiques, les prêtres catholiques deviennent illégaux et les monastères sont interdits au Royaume-Uni.

    Les Catholiques anglais prennent la décision de quitter l’Angleterre et de venir s'installer en France, ce qui amène l'apparition d'une forte communauté anglaise catholique à Douai.

    Ils s'installent dans différents lieux de la ville durant le XVIè et le XVIIè s, et l'établissement des moines sur l'emplacement du lycée actuel date de 1608.

    Chassés à la Révolution, les Bénédictins anglais se réinstallent dans la chapelle Saint-Grégoire en 1810.

    Cette dernière va tomber en ruine début XIXè siècle pour être reconstruite en 1840 par l'architecte Pugin.

    Afficher l'image d'origine

    En 1903, le lycée devient un bien public et les bénédictins repartent en Angleterre et construisent un nouveau collège qu'ils vont appeler « Douay Abbey ».

     

    Douai so british

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Semaine des Arts 2015, les élèves de l'enseignement Patrimoine vous font la visite !

    Quatre élèves de l'enseignement patrimoine ont guidé les visiteurs vers leur œuvre préférée.

    Suivez nos élèves-guides au musée Suivez nos élèves-guides au musée

    Pour Agathe, le choix s'est porté sur Les Baigneuses (1886) de Jean ESCOULA. Pour Capucine, c'est la Jeune fille à la Colombe de  Jean-Baptiste Greuze (2e moitié 18e siècle) qui a attiré son regard ... et le notre

    Suivez nos élèves-guides au musée Suivez nos élèves-guides au musée

    Le choix de Juliette s'est porté sur Le Jugement de Paris de Hans Von Achen (1588) et celui de Laure sur Dans les Branches des Grand Arbres de Paul Leroy (1860)

    Suivez nos élèves-guides au musée   Suivez nos élèves-guides au musée

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique