• Vincent Munier est un photographe spécialisé dans les conditions montagneuses ou hivernales. Il est le premier à prendre en photo des loups  arctiques.

    Les principales caractéristiques de ces photos sont : un animal (souvent en voie de disparition) au premier plan et un paysage qui caractérise souvent les conditions de vie de l'animal.

    A la manière de Vincent Munier par Lucas D. (203)

    La photographie que j'ai faite a ces mêmes particularités, c'est-à-dire le gros plan sur l'animal (ma chienne) et un paysage montagneux (Plateau de Sanchez dans les Pyrénées).

    Ma chienne n'est pas une espèce en voie de disparition mais plutôt une espèce née naturellement et non pas par l'homme comme le chihuahua ou d'autres. Cette race s'appelle : le berger belge tervueren.

    Partager via Gmail

    6 commentaires
  • J’ai choisi de prendre une photographie à la manière d’Augustin Boutique, photographe né en 1862 et mort en 1944 qui contribua à la préservation du patrimoine monumental du Nord grâce à ses nombreux clichés représentant Douai et les villes environnantes.

    J’ai choisi de montrer le quai du Petit Bail le long de la Scarpe et la collégiale Saint Pierre à l’arrière-plan puisque ce photographe a pris en photo des monuments ou des rues douaisiennes.

    A la manière d

     

    Pour donner un air ancien à la photographie j’ai voulu mettre en évidence le clocher de la collégiale. Il a fini d’être construit en 1687 et même si son couronnement a été refait en 1905 il garde une apparence proche de celle de l’époque de Boutique. Ayant observé de nombreuses photographies de cet artiste, j’ai vu qu’il y avait comme une sorte de brouillard presque de voile sur ces clichés ce qui donne une impression de distance avec le sujet. J’ai tenté de recréer cela en privilégiant des nuances de gris pâles et en donnant l’impression que la collégiale s’efface, étant plus claire que les autres éléments de la photographie.

    Je me suis placée sur la passerelle métallique reliant le quai du Petit Bail au quai Devigne (à l’époque appelé Quai du Commerce) pour deux raisons. D’abord, à l’époque les appareils photos avaient des pieds et il fallait donc un endroit pour les poser et prendre la photographie et aussi car j’ai trouvé une carte postale qui datait d’entre 1903 et 1906[1] qui montrait cette passerelle prouvant ainsi qu’elle existait déjà.

    Les barrières de la rive ont une apparence similaire à celle de l’époque comme je l’ai vu sur une photographie de Jules Delsart[2], photographe contemporain de Boutique.

    Vu que Boutique prenait aussi des gens en photo à côté des monuments, on peut voir, sur ma photographie, une personne à gauche marchant le long du quai.

    Augustin Boutique aurait donc pu prendre une photographie semblable à celle-ci.

    [1] http://bab.viabloga.com/news/le-bonjour-de-marcel-a-arsene

    [2] https://www.cparama.com/forum/douai-t7461.html

    Partager via Gmail

    5 commentaires
  • Mary Ellen Mark est une des photographes les plus renommées du XXe siècle.

    Ses reportages dans lesquels elle traite de questions sociales telles que la pauvreté, la prostitution, l'addiction (notamment à la drogue) ou encore la solitude l'ont rendue célèbre. Cette photographe avait pour thème de prédilection les exclus de la société.

    Elle photographie particulièrement à l'argentique en noir et blanc.

     

     

    Ma photographie est inspirée de son style.

    En effet, le sujet choisi est en accord avec son thème : les exclus de la société. Beaucoup de personnes au look qu'on pourrait qualifier de sombre ou encore gothique sont rejetées. Ils sont donc très seuls et c'est ce que je voulais montrer dans cette photographie. La fille a les bras croisées comme si elle cherchait à se défendre de quelque chose. 

    J'ai photographié en contre-plongé car je voulais montrer la "puissance de la différence". 

    Finalement j'ai édité cette photo en noir et blanc à l'instar de celles de Mary Ellen Mark.

     

     

    Partager via Gmail

    8 commentaires
  • J’ai choisi de faire une photographie à la manière de Jean-Pierre Gilson.

    A la manière de

    • Photographie de paysage.
    • En noir et blanc.
    • Présence de végétation et plaine
    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Église de Leforest

     A la manière d'Oliver Curtis par Joshua (203)

    J’ai fait cette photo de monument à la manière de Oliver Curtis.

    Oliver Curtis est né dans les Cotswolds en Angleterre il a commencé son éducation photographique au cours réputé du Filton Technical College de Bristol. 

    Il a présenté sa premier exposition nommée Volte-face qui sera présentée en première à la Royal Geographical Society de Londres en septembre 2016.

    Ses photos consistent à voir ce qui se passe autour des plus grands œuvres mondiaux (sans voir le monument lui même), pour voir aussi ceux qui travaillent pour les rénover ou les nettoyer.

    Ensuite il produit des portraits Puis il devient directeur de la photographie et fait également des longs métrages.

    Partager via Gmail

    4 commentaires
  • Cette photographie appartient au genre animalier.

    A la manière de Vincent Munier par Camille (203)

     

    Elle a été prise dans la neige, les couleurs jouent sur les contrastes.

    Le photographe Vincent Munier s'est spécialisé dans les photographies dans des conditions hivernales. 

    Les photographies de Vincent Munier sont claires, hivernales, précises. 

    Il a écrit en 2006 un livre intitulé Blanc Nature et le fait connaitre auprès du grand public. 

    Il est né en 1976 et il est le premier photographe à avoir reçu trois fois le Eric Hosking Award (compétition de photographie animalière annuelle) 

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Comme à la manière de Baldus, j'ai pris une photo de monument pour montrer l'évolution des monuments dans le temps.

    A la manière d'Edouard Baldus par Romane (203)

    Ma photo ressemble à celle de Baldus car c'est tout comme lui une photo de monument avec un style noir et blanc.

    J'ai pris une photo d'un monument sans trop la cadrer comme lui, en faisant attention à ne pas prendre une photo de trop prêt ou de trop loin.

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • J’ai choisi d’imiter le photographe Gyula Halász (1899-1984) surnommé Brassaï.

    En effet, je trouve que ses photographies sont simples au premier abord mais très travaillées en réalité grâce à la lumière qui est mise en valeur et à la nuit qui est très présente.

    Brassaï est un photographe de paysage principalement mais il a aussi réalisé des photographies de mode.

    A la manière de Brassaï par Iliana (207)

    Cette photographie ressemble au style de Brassaï car c’est une photographie très sombre où seule la lumière ressort.

    J’ai effectué cette photographie à la tombée de la nuit afin de me rapprocher le plus possible des caractéristiques photographiques de Brassaï.

    J’ai ajouté un filtre monochrome pour l’effet très noir que Brassaï utilise sur ces photographies.

    Cette photographie a été prise dans une rue de Florence en Italie.

     

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  • Yann Arthus Bertrand est un peintre, réalisateur, journaliste, scénariste français, mais c’est également un photographe réputé. Il a opté pour un style écologique.

    Il photographie essentiellement le côté exceptionnel de la faune et de la flore et ses photos ont des couleurs flamboyantes, comme les photos qu’il a faites à Tsigny de Bemaraha au Madagascar, au Désert de Namibie, des photos d’animaux sauvages ou d’animaux domestiques.

    A la manière de Yann Arthus-Bertrand par Erwan (210)

     

    J’ai donc choisi d’imiter la photo Maléfice. En effet dans celle-ci on ne voit que la tête du lion, son corps est caché par les hautes herbes.

    Sur mon cliché, il s’agit d’un chat européen. A la manière  de Yann Arthus Bertrand, le corps de ce félin est complètement caché, on ne voit que sa tête,  il est d’ailleurs dans la pénombre, seule sa tête est éclairée par un rayon de soleil.  Ceci crée un contraste clair obscur.

    Partager via Gmail

    6 commentaires
  • Le photographe que j'ai imité est Guzman de Cespedes.

    Son style de photographie est la photo ruralex comme il l'a lui même nommé avec ironie.

    Il est spécialisé dans la photo de rue et de paysage, il aime les lieux sans présence humaine et insolite ou abandonné et négligé, dans leur état naturel et sans trace de vandalisme.

    Il part faire de l'ubex* pour prendre des photos authentiques (ce que j'ai fait).

    A la manière de Guzman de Cespedes par Justine (202)

    En analysant ses photographies,  j'ai remarqué que les couleurs étaient la plus part du temps neutre (blanc, noir, marrons, gris, vert pale) avec quelques touches plus vives comme du rouge, orange ou encore jaune.

    Il ajoute régulièrement un encadré blanc où il inscrit des mots clés comme "abandonné", "vie sauvage" en anglais, comme des titres pour présenter ses œuvre.

    Je suis donc partie dans une ferme abandonnée où j'y ai trouvé une voiture en ruine. J'ai fait en sorte qu'on voit les champs derrière et les pierres au premier plan. La barre métallique jaune donne une touche de couleur à ma photo comme Guzman aurait pu le faire

    *Urbex : est une activité consistant à visiter des lieux construits pas l'homme, abandonnés ou non, en général interdits, ou tout du moins cachés ou difficiles d'accès.

    Partager via Gmail

    9 commentaires
  • Le Daguerréotype est un procédé primitif de la photographie par lequel l'image était fixée sur une plaque métallique mis au point par Louis Daguerre et par Nicéphore Niépce.

    A la manière de Louis Daguerre par Chakib (211)

    J'ai choisi de m'inspirer de Louis Daguerre en représentant un arbre démuni de ses feuilles pour représenter donner à cet arbre tout son sens.

    J'ai décidé d' apporter ma touche personnelle afin de m'exprimer plus librement derrière ce daguerréotype :  ce dernier a une symbolique de l'arbre qui perd ses feuilles qui signifie la fin d'une vie. Les branches qui expriment ce que nous avons accompli durant notre vie et la couleur assez mélancolique et triste selon moi représente la mort de Mr Louis Daguerre.

    Pour moi le daguerréotype est une relique et témoignage et héritage de la photographie ; voilà pourquoi j'ai choisi ce style.

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Ma photographe préférée s’appelle Alexandra Z. C'est une photographe qui fait des clichés le plus souvent d’animaux de compagnie comme des chiens ou encore des chats.

    Elle peut photographier des animaux à l’extérieur comme dans un studio. Elle s’adapte à l’animal et pas l’inverse.

    Alexandra Z. a son propre style. Elle ne respecte pas tout à fait les normes de la photographie. Par exemple, le contre-jour est déconseillé mais elle adore faire cela.

    Elle essaie avant tout de faire des photos réalistes et travaille beaucoup sur l’abandon.

    Les caractéristiques d'Alexandra Z. :

     -Il existe différents chiens et notamment des chiens qui sont énormément expressifs. Dans ce cas-là, elle fait des photos expressives. Il y a aussi des chiens moins expressifs, et là elle peut faire des photos assez sportives.

    -Pour photographier un animal, il faut-être à sa hauteur sinon la photo donne un effet «ratatiné» .

    -Les retouches sont importantes,  elle touche plus la sensibilité des personnes.

    A la manière d'Alexandra Z par Madisson (211)

     Mes caractéristiques pour que ma photographie ressemble un maximum à Alexandra Z. :

    - Comme ma chienne a un visage très expressif, j’ai décidé, de faire une photo de style portraits/mobiles, comme le surnomme Alexandre Z.

    -Je me suis mis à la même hauteur que ma chienne, pour qu’il n’y ait pas un effet «ratatiné».

    -J'ai retouché ma photo, je l’ai mise en noir et blanc, pour que son visage soit plus expressif.

    Partager via Gmail

    10 commentaires
  • Serge Ramelli, photographe du XXIe siècle, s’intéresse aux paysages urbains atypiques et monuments à travers le monde, « de Paris à New York », comme le précise une de ses expositions, en montrant la vie autour.

    Il joue avec la lumière naturelle, le couché du soleil, ou les éclairages des bâtiments qu'il capture.

    Sur certaines photos, si la lumière ne met pas en valeur le monument comme il le souhaite, le photographe intensifie les couleurs pour le rendre lumineux, vivant et faire ressortir le ciel.

    A la manière de Serge Ramelli par Manon (211)

    J'ai pris une photo à Paris, aux Champs Élysées, à la manière de Serge Ramelli.

    Les couleurs sont intensifiées pour mettre en valeur l'Arc de Triomphe par rapport au ciel.

    J'ai ensuite fait ressortir les nuages pour donner une forme au ciel et apporter de la couleur, tout en laissant le vrai paysage de Paris, la rue et les gens autour.

    Partager via Gmail

    15 commentaires
  • Vivian Maier  une photographe américaine récente du XX et du XXI siècle. Elle est née en 1926 à New York et décède en 2009 à Chicago.

    Elle  fait de la photographie de rue, c’est-à-dire qu'elle prend en photo des personnes dans les rues dans différentes situations quotidiennes (les photos sont prises en noir et blanc car elle utilise un viel appareil photo)

    Vivien Maier travaille dans l'anonymat durant toute sa vie. Elle a photographié plus de 100.000 photos avec un appareil photo «Rolleiflex » (qu'elle a acheté en 1952) ; donc la plus part des photos ont été prises à  Chicago ou de New York. C’est grâce à Jeanne Bertrand qui était une photographe portraitiste qui lui enseignait la photographie.

    Son travail a était découvert par John Malloof en 2007 dans une salle de vente à Chicago où il trouve beaucoup de négatifs et de pellicule non développées et des tirages.

     

    A la manière de Vivian Maier par Mathéo (204)


    Cette photo a été prise à la manière de Vivian Maier ; c’est-à-dire que la photo est prise en noir et blanc dans la rue.

    Il y a une présence humaine indirecte dans une rue commerciale.

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  • Pour mon projet j’ai choisi le style de photographies de Yann Arthus-Bertrand.


    Yann Arthus-Bertrand est un photographe, reporter, réalisateur et écologiste français, né le 13 mars 1946 à Paris.

    Il photographie beaucoup d'animaux mais il fait aussi des photos aériennes, des paysages...

    Il découvre l'intérêt de prendre de la hauteur, pour bénéficier ainsi d'une vision globale d'un territoire et de ses ressources. Il a couvert dix éditions du rallye Paris-Dakar, réalisé chaque année le livre de Roland Garros…

    A la mlanière de Yann Arthus-Bertrand par Mathilde (209)

    Pour mon projet j'ai décidé de prendre une photo d'animal qu'il a réalisé, j'ai ensuite essayé d’en réaliser une à mon tour de la même façon.

    J'ai donc pris une photo de mon chat avec un fond sombre, car souvent ses photos d’animaux ont un second plan sombre mais un animal soit d'une couleur claire soit d'une couleur sombre cela dépend ; alors que ses photos de paysages sont très colorées.

     
       
    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Vivian Maier est une photographe amateur des années 1960, à la célébrité posthume.

    Elle est Connue pour ses photographies, en noir et blanc, de rue mais aussi de famille et journalistiques, sans oublier ses fameux autoportraits que j’ai choisi d’imiter.

    Ses autoportraits les plus connus sont certainement ceux pris dans des jeux de reflets à travers des vitrines de magasins ou encore au travers de miroirs, tantôt à l’intérieur ou dans la rue.

    A la manière de Vivian Maier par Lucie (204)

    Cette photographie reprend les caractéristiques techniques des autoportraits de Vivian Maier :

    -L’appareil photo est visible.

    -Le miroir est tout autant sujet de la photo que la photographe.

    -Une grande partie du miroir est visible (montant, défauts …)

    -Le miroir n’est pas parfait (usé par le temps, taché, piqué …)

    -Les sujets de la photo (sauf la photographe) sont pris sur le vif, dans leur quotidien.

    - La photographie est en noir et blanc.

     

    Partager via Gmail

    7 commentaires
  • Ci-dessous, vous trouverez les travaux réalisés par les élèves en prolongement de l'exposition consacrée par le Musée de Chartreuse (Douai) aux débuts de la photographie (jusqu'au 28 janvier)

    Nous avons pu visiter deux fois  l'exposition. Merci aux équipes du musée pour leur bon accueil et un merci particulier à Franck Hargot pour avoir répondu avec précision à nos demandes de thèmes de visites.

    Prochains travaux, la photographie personnelle des élèves de l'EdEx patrimoine à la manière des grands photographes ... de belles surprises à venir ... et aussi un concours !

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Le 7 Janvier 1839, lors de la présentation Arago à l’Académie des Sciences, Louis Daguerre a présenté son invention : le Daguerréotype. Ce procédé photographique mis au point afin de produire une image sans négatif sur une surface d’argent, pur, polie comme un miroir, et exposée directement à la lumière, marque le début de la photographie.

    Quelques années plus tard d’autres procédés photographiques ont fait leur apparition comme l’ambrotype qui est un procédé photographique créé au début des années 1860. Ce dispositif est créé à partir d’un négatif posé sur une plaque de verre au collodion, sous-exposée à la prise de vue, blanchi chimiquement au développement puis posée sur un fond noir l’image apparaît positivement. Ce dispositif est généralement encadré comme le daguerréotype.

    Il y a aussi le procédé au Bromure d’argent qui fut inventé au début des années 1870. Ce procédé supplante la technique au collodion inventée par les frères Lumière car c’est un procédé sec évitant d’encombrer le photo-graphe avec des produits chimiques. Sa pellicule nommée “pellicule bleue” permet de réaliser des prises de vues avec des poses relativement courtes voir instantanées.

    Puis enfin, il y a l’autochrome, qui est un procédé de restitution photographique des couleurs breveté le 17 Décembre 1903 par Auguste et Louis Lumière. Ce procédé quant à lui permet de produire des images positives sur une plaque de verre en couleur.

    La photographie à ses débuts par Iliana (207) & Manon (211)

    Une des premières photographies, Point de vue du Gras, 

    (Saint-Loup-de-Varennes en Bourgogne), de Nicéphore Niépce, datant de 1826 ou 1827,

     

     

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • La maison de la photographie se situe dans le quartier de Fives à Lille. Elle est créée et dirigée depuis 2003 par Olivier Spillebout. Elle a pour vocation d'assurer la promotion de la création photographique  régionale et sa diffusion.

    La maison de la photographie accueille et organise dans l'année des expositions d'artistes régionaux, des débats et des projections.

    Elle organise par ailleurs le Festival Transphotographiques qui propose une sélection thématique d'expositions pendant un mois.

    La maison de la photographie est d'abord un lieu de rencontre basé sur l'art contemporain d'une surface de 600 mètres carrés.

    Elle exerce également une activité « Hors les murs » et à l'international et a organisé des expositions en Belgique ou en Pologne.

     

    Patrimoine photo : La Maison de la photographie de Lille par Camille (203)

    Photographie de l’intérieur de la maison de la photographie de Lille.

     

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • La photographie de rue est une branche de la photographie prise en extérieur.

    Le sujet principal est pris dans des instants quotidiens. Son sujet est de faire passer un regard de la société à travers divers images avec une présence humaine directe ou indirecte, dans des situations spontanées, dans des lieux publics comme la rue, les parcs, les plages ou les manifestations et les marchés.

    Les photographes de ce genre de photographie sont par exemple Walker Evans, Joel Meyerowitz, Robert Frank, William Klein, Bruce Gilden et Vivian Maier.

     


    New York, 1953, Vivian Maier

    Comme montre cette photographie de rue prise par Vivian Maier, on voit des présences humaines indirectes qui marchent dans la rue commerciale, des personnes qui attendent le train et des passants de la rue de New York.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • https://fr.wikipedia.org/wiki/Photographie_d%27architecture

    Edouard Baldus, Pont du Gard, 1850

     

    Ceci est une photographie d'architecture, c'est l'un des principaux thèmes de la photographie. Elle consiste à prendre des photos d'édifices

    Ces reconstitutions peuvent être modifiées selon le désir, la volonté et la sensibilité artistique du photographe.

    La photographie d'architecture implique une bonne maîtrise des perspectives et de la structure d'un bâtiment qui doit refléter sa fonction, son époque.

    La photographie peut être intégrée dans le paysage qui peut être très important comme sur cette photo de Edouard Baldus.

    Les optiques bon marché courbent les droites situées aux extrémités du cadrage. Donc des optiques spécifiques ont été conçues afin de permettre une parfaite maîtrise de ces perspectives, en évitant les cadrages en plongée ou contre-plongée qui modifier les perspectives et incurver les droites.

    Il y a aussi le problème des contrastes exagérés par rapport à ce que voit réellement l’œil humain, les zones d'ombres paraissent fortement noires et les zones lumineuses semblent surexposées. C'est pourquoi la technique du HDR et le post-traitement sont des solutions particulièrement utilisées par les photographes en architecture, afin de limiter les contrastes excessifs.

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • La photographie de mode est un genre consacré aux vêtements et aux styles vestimentaires. Les mannequins sont photographiés par des photographes de mode.

    L'évolution de la photographie de mode est liée à celle de la place de la femme dans la société. À partir du milieu des années 20, certains magazines (ex: Femina mode hiver) choisissent la photographie pour créer une nouvelle esthétique et accélérer la diffusion des tendances de la mode parisienne. Les agences et studios de photographies (ex : Rol Manuel, Séeberger) fournissent aux magazines des photographies d'élégantes aux courses, aux théâtres et en soirée.

    Les moyens techniques pour reproduire la photographie dans les magazines évoluent à la fin des années 1920. Les avant-gardes (ex : André Steiner, Man Ray...) photographiques proposent une nouvelle vision des femmes et peu à peu intègrent l'industrie de la mode.

    Les magazines de mode évoluent aussi, concourant à diffuser une image de femme moderne, chic, et sportive, amenée à s'émanciper.

    Pendant l'entre-deux guerres, la photographie et les magazines accompagnent et soutiennent l'émancipation des femmes. Les photographes diffusent l'image d'une féminité moderne, chic, dynamique et urbaine. Les séances réalisées dans les rues de Paris participent à en faire la capitale de la mode.

    Patrimoine photo : La photographie de mode par Imane (202) et Noémie (205)

     

    Photo de publicité par les frères Séeberger pour le modiste Jean BARTHET datant de 1964.

    Elle représente bien l'image de la femme chic qui est celle que les photographes veulent diffuser à cette époque.

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • La photographie animalière consiste avant tout à prendre en photo un animal dans son environnement.

    Dans ce genre de photographie il faut investir dans du bon matériel, car pour capturer des photos en mouvement, il faut avoir un appareil photo très développé et généralement, ce n’est pas donné.

    L’histoire de la photographie

    La photographie animalière a commencé en 1850, mais avec des animaux inertes.

    Ce n’est qu’en 1870 que les premières photos d’animaux vivants apparaissent mais ce ne sont que des animaux captifs, au zoo.

    C’est enfin en 1882 que l’on peut photographier des choses en mouvement ! Puis, petit à petit, la photographie s’améliore et les photos sont de meilleure qualité, c’est-à-dire plus nettes ; on voit aussi plus les détails.

    Comment être « photographe animalier ? »

    Il faut savoir :

    - faire des jeux de lumières,

    - être réactif : prendre au bon moment une photo, donc prendre l’animal en pleine action, sinon la photo sera inintéressante,

    - savoir à quel moment de la journée l’animal sort le plus,

    - avoir un bon arrière-plan, choisir un bon emplacement, qui a un rapport avec l’animal, pour que l’animal soit mis en valeur, par exemple la nature.

     

    Patrimoine photo : La photographie animalière par Madisson (211)

    Photo de Laurent Baheux appelée « Le Lion ».

    Pour photographier un animal il faut avant tout se renseigner sur l’animal et son environnement.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • La photographie de paysage est l'un des genres photographiques les plus répandus. Il peut montrer des paysages naturels ou des paysages urbains. La photo de paysage permet un compte rendu, un constat du passé et une comparaison avec le présent. Même si les techniques ont évolué ce genre photographique reste omniprésent dans l'histoire de l'art et dans la science.

    La première photographie de paysage obtenue à travers une chambre noire est celle de Nicéphore Niepce en 1826.

    Les premières cartes postales illustrées par des photographies de paysage sont l’œuvre de Dominique Piazza (entrepreneur marseillais qui a mis au point une technique visant à réduire le format des photographies pour pouvoir les faire tenir sur une carte) et sont commercialisées dès 1891. Vers les années 1900 de nombreux photographes, tels que Kivatisky, Arjalew, Lenormand, Sazeras ou Walery, disposent également de leur studio. Cette pratique connait un succès fou dans les années 1900 et est très utilisée pour les fêtes.

    Photographes de paysage connus :

    • Yann Arthus-Bertrand ;
    • Elina Brotherus ;
    • Franco Fontana.

     

    La photographie de paysage

     Cette photographie a été prise par Guillaume Fürst en 2008

    (avec un Nikon D90).

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • La macrophotographie est une pratique photographique qui représente, dans l’esprit de nombreux photographes, la photo rapprochée, la  photo en très gros plan.

     Étymologie : Étude des détails invisible à l’œil nu.

    La macro est souvent utilisée en laboratoire pour photographier les observations aux microscopes, mais aussi par les photographes de nature (ex : photo d’insectes prise à moins de 2 cm pour pouvoir voir les détails des insectes) .

    Dans ce domaine de photographie, on ne parle pas de grossissement mais de grandissement comme lorsque l’on utilise des jumelles. Il définit ce qu’est la macrophotographie au sens strict.

     Patrimoine photo : La macrophotographie par Elise et Chakib

    Macrophotographie d'une grenouille par Erez Marom

    Source : internet (photogeek.fr) et (luzphoto.com).

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    L'autoportrait est une représentation d'un artiste, dessinée, peinte, photographiée ou sculptée par l'artiste lui-même.  Le premier portrait photographique a été un autoportrait de Robert Cornelius 1839.

    Robert Cornelius est un photographe américain qui travaillait à améliorer le daguerréotype lorsqu'il prit ce portrait de lui même en octobre 1839.

     

    Patrimoine photo : L'autoportrait photographique par Méline et Erwan (210)

    Premier autoportrait

    Photographique

    (Robert Cornelius 1839)

     

    L'autoportrait photographique se réalise avec un appareil photographique soit en capturant son image se reflétant sur un miroir ou une surface réfléchissante, soit en se prenant en photo à l'aide d'un retardateur ou d'un déclencheur à distance. L'autoportrait photographique peut être réalisé en gros plan, en plan américain ou en pied.

    Le selfie (autoportrait numérique) est également un autoportrait. Il est généralement pris d’un smartphone et souvent publié sur les réseaux sociaux.



     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • L’astrophotographie est une branche de la photographie dont les sujets de photographie sont les objets célestes.

    L’astrophotographie est aussi ancienne que la photo en elle-même, les premiers clichés remontent au 19ème siècle, avec l’invention du daguerréotype.

    Les astrophotographies sont classées en 3 catégories :

    - Lunaires : photos de la Lune, le premier cliché (un daguerréotype) est attribué à John William Draper en 1840.

    -Stellaires : photos d’étoiles, comme le Soleil. La première photo stellaire a été prise par John Adams Whipple en 1850: un daguerréotype de l’étoile Véga (étoile principale de la constellation de la Lyre) prise avec une lunette astronomique.

    -Du Ciel Profond : photos d’objets célestes qui ne sont ni des étoiles, ni des planètes ou satellites et qui se trouvent hors du Système Solaire, par exemple des galaxies. La première image du ciel profond date de 1880, elle est due à Henry Draper (fils de J.W Draper). C’est un collodion humide représentant la grande nébuleuse d’Orion prise avec une lunette beaucoup plus perfectionnée.

    (Ces trois types de photos sont classés dans leur ordre de difficulté à réaliser).

    A la fin 20ème siècle : les télescopes spatiaux apparaissent, comme Hubble, envoyés dans l'espace pour prendre des clichés plus précis.

    Patrimoine photo : L'astrophotographie par Lucie (205) et Adam (204)

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Ce type de photographie a été créé en 1858 par le célèbre photographe Felix Nadar. Il avait pris un premier cliché du Petit-Bicêtre avec l'aide d'un ballon captif . La photographie a donc été prise depuis les airs.

    La photographie aérienne est souvent utilisée pour des recherches géographiques par exemple, pour des créations de cartes ou pour la découverte de lieux architecturaux. Ce type de photographie est aussi utilisé dans le domaine de la guerre afin de connaître des renseignements militaires.

    Les moyens de prendre une photo aérienne sont tout objet volant dans les airs, comme par exemple : un avion, un cerf-volant, un drone, ...

    Il existe différents type de photographies aériennes comme la photographie en paramoteur et la photographie avec un ballon captif.

    patrimoine photographique : La photographie aérienne par Amine (209)

    Une photographie aérienne du Viaduc de Garabit

    Patrick de Goumoëns (www.airspective.ch)

      le 21 octobre 2012.

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • La photo sous-marine commença par l’expérience de Louis Boutan (1859-1934) en 1893 avec un appareil permettant  de prendre des photos sous l'eau. Il créa un dispositif de Flash qui permet de capturer des images sous-marines. Par la suite, les grandes marques de photographie ont mis en vente des boîtiers étanches adaptés aux appareils tels que le F O Beuchat pour la marque FOCA.

    La photo sous-marine est beaucoup utilisée pour tout ce qui touche à la biodiversité ainsi qu'à la géologie sous-marine afin de voir l'évolution de la faune et la flore du monde marin. D'autres professionnels tels que les archéologues les utilisent aussi pour garder des traces des vestiges sous-marins.

    De plus en plus de touristes utilisent des appareils adaptés à l'eau. Les photos des touristes peuvent faire partie d'une science participative, c'est-à-dire une science où des personnes non-professionnelles participent activement et délibérément.

    Depuis 2000, la photo numérique a fait évoluer la photographie sous-marine tant par son étanchéité allant de 20 à 30 mètres sans caisson étanche que par la forme plus compacte.

    Patrimoine photographique : La photo sous-marine

    Première photographie sous-marine fait par Louis Boutan,

    en 1899 à Banyuls-sur-Mer.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • La photo de sport fait son apparition dès 1880

    Les premières pratiques sportives photographiées sont les entraînements militaires de l'armée.

    Il n'est pas rare que, pour tester les possibilités des émulsions rapides, des photographes s'intéressent au sport

    De nos jours, la photo de sport est l'un des genres photographiques les plus utilisés, elle s'expose dans toutes les villes, dans les lieux emblématiques pour mettre à l'honneur des grands sportifs et des amateurs.

    La photographie sportive est présente partout comme sur Internet, les magazines, les journaux et certaines grandes marques pour leurs publicités.

     

    patrimoine photo : La photographie de sport par Lucas G. (206)

     Cristiano RONALDO, novembre 2018,

    lors d'un match de championnat Italien pour célébrer son but

    Photo par Marco Bertorrello (Getty Images)

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique